Accueil, Nouveau, Politique, Réflexion, Société

Viol au dessus d’un nid de cocus !

Il y a plus d’1/2 siècle l’Algérie accédait à son indépendance

58865217cd70ff671dcc530dDes hommes et des femmes se sentaient libres de marcher, de parler, de voyager, de défiler, de contester, d’exister.

Et surtout des femmes qui maniaient la mitraillette, qui soignaient, qui cuisinaient , qui enfantaient, qui éduquaient, qui aimaient, que l’on aimait.

Mais le rêve n’a pas duré et s’est vite transformé en un  cauchemar bien réel.

L’Algérie a été violée par des «hommes » qui portent en eux tous les vices.

Constitution violée par ceux là même qui prétendaient la protéger.

Femmes violées, balafrées, vitriolées, enfermées, battues, recluses, méprisées, humiliées par des marquis de sade besogne.

Le pouvoir algérien a réussi son  pari :  détruire les fondations identitaires ( linguistiques, religieuses, culturelles…) de notre pays en n’ayant de cesse de maintenir sa mainmise sur une société qui aspirait à vivre en paix.

La Lutte de libération a été étouffée dès sa naissance par des assassinats fratricides pour aboutir à une gestion par à coups d’état érigés en méthode de gouvernance.

Les algériens et algériennes ont été privés de leur liberté, de dire, de se réunir  et de participer à  la vie citoyenne.

La citoyenneté est devenue un concept creux peinturluré sur le fronton défraichi des mairies : « Par le peuple et pour le peuple », ce peuple qui a dû osciller entre un socialisme irréversible, un capitalisme dur et impur et un islam cocufié.

Aujourd’hui Abdelaziz Bouteflika, souverain zombi d’un peuple anonyme tient mordicus à marquer de son empreinte la petite histoire d’un grand pays ,  hagard, qui  voit  ses enfants braver les eaux de la Méditerranée, ses intellectuels ciblés par des fetwas de bazar, et tolère que des illuminés prétendent nous éclairer en défigurant des statues  après s’être attaqué physiquement à celles et ceux qu’ils condamnaient à être des mécréants.

1,5 millions de martyrs et 250.000 victimes durant une décennie rouge et noire nous implorent de mettre un terme au viol collectif perpétré par des « fous » qui vénèrent un dieu impotent qui se croit important.

Aziz Farès

Mots-clefs :, ,

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Username14349 |
Bienvivrealahaiegriselle |
Lecrpe2015 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Photoshopfree7979
| Despetitspapiers
| Mon tour du web en 80 clics