Accueil, Nouveau, Politique, Réflexion, Société

COUP DE GUEULE

On m’a toujours soupçonné d’insuffisance de nationalisme et de patriotisme…

ad

Au début, ce sont des « héritiers » autoproclamés de la glorieuse révolution qui me disaient que je n’avais rien prouvé durant la guerre… et quand j’ai dit que j’ai souffert comme tout le monde et qu’il y’eut « un seul héros, le peuple ! » qui a accompli « la révolution par le peuple et pour le peuple »  on me rétorqua que ce n’était que des slogans et que le nationalisme et le patriotisme devaient être prouvés par l’attestation communale où l’ascendance révolutionnaire…

J’ai dit que ces preuves ne servaient qu’à se faire rétribuer pour son mérite ou celui de ses géniteurs et qu’on a mercenarisé l’engagement révolutionnaire en rétribuant ce mérite…

J’ai dit: « puisque vous avez été payés d’une manière ou d’un autre pour cet engagement, nous sommes quittes ! »…

On m’a regardé avec un air assassin et on m’a dit: « vas faire ton service national, ce sera une preuve de ton engagement ! »… je l’ai fait mais je suis toujours objet de suspicion puisque je ne suis jamais invité à manger de la pâtisserie et à boire du Judor quand « ils » fêtent entre eux nos repères historiques…

Plus tard, on est venu me dire que je ne remplissais pas quelques conditions essentielles pour pouvoir me targuer d’être nationaliste ou patriote…

J’ai osé un « Wachnou thani ?… »

Et on m’a répondu que je n’étais pas suffisamment arabisé et islamisé… On m’a contraint à me défendre devant les tribunaux dans une langue que je ne maîtrisais pas parfaitement et à remplir mes demandes de renseignement sans jamais savoir, à ce jour, si c’est le nom ou le prénom que je dois mettre devant le « ism » et le « laqab »… On m’a dressé plein de contraventions que j’ai dû payer sans pouvoir les lire pour savoir de quoi il en retournait…

Cela s’est corsé encore plus quand des concitoyens se sont mis en kamis et ont laissé pousser leur barbe avec la ferme intention d’appliquer les prescriptions religieuses à tous les détails de ma vie au quotidien, m’obligeant presque à dire Salam au lieu de Sbah El Khir, à ne plus serrer la main des femmes, à rompre mon jeûne aux dattes et au petit lait et depuis quelque temps, à pratiquer le « ikram eçah’n » en ramassant les derniers grains de couscous un à un afin de ne pas nourrir Satan moi qui ai appris depuis ma tendre jeunesse que les bonnes convenances imposent de toujours laisser au fond du plat, de quoi se nourrissent au moins les fourmis…

J’ai résisté comme j’ai pu en essayant de conserver l’amour de mon pays et de mon peuple et en me disant que les effets de mode et les ‘bidaa » en toutes sortes n’ont qu’un temps…

Je n’en ai pas terminé avec cette bigoterie qui est venue remplacer le « thawrisme » pour me donner d’autres complexes face à ma viscérale algérianité qu’il me tenait à coeur d’assumer, qu’on m’a inventé une autre raison pour faire de moi un sous-citoyen…

De nouveaux inquisiteurs sont venus me faire comprendre en me complexant gravement, que mon algérianité était sujette à caution parce que je ne savais pas parler la langue « originelle » du pays… comme si l’usage d’une langue quelle qu’elle fût pouvait représenter une preuve de patriotisme ou constituer une condition de citoyenneté ou un droit de prépondérance d’un citoyen sur l’autre …

Et aujourd’hui, soumis aux rejets  thawristes, islamistes et kabylistes, je me retrouve un peu perdu dans ce pays où je suis né et où sont nés mes ancêtres depuis je ne sais combien de générations…

J’ai réussi, fort heureusement, à extraire de toutes ces conditions exclusives  de citoyenneté, le PPCM qui me permet, sans être intégriste de l’une quelconque des composantes de mon identité, de réaliser une symbiose qui me permet d’aller d’un grand rire devant les sourcils froncés et les index tendus des inquisiteurs des 3 bords et de leur dire: « dezzou m3ahoum ! c’est mon pays et je n’ai de leçon de citoyenneté à recevoir de personne et de comptes à rendre qu’à mon pays ! »…

Il me tenait à coeur de dire ces petites vérités… je sais qu’on va me tomber sur le paletot à bras raccourcis des 3 côtés mais j’ai le dos aussi large que l’Atlas Tellien…

Mohamed Adjou

1456535_684577948227089_1544798790_n

Mots-clefs :

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Username14349 |
Bienvivrealahaiegriselle |
Lecrpe2015 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Photoshopfree7979
| Despetitspapiers
| Mon tour du web en 80 clics