Accueil, Nouveau, Politique, Réflexion, Société

Pudeur maligne

 

Nous pensions être musulmans mais le Daesh nous a traités comme des mécréants de Ghardaïa à Kuala Lumpur.images

Nous pensions être épris de démocratie mais nous ne votons pas.

Nous pensions que Liberté avait un sens mais nous lui avons donné un sens interdit.

Nous pensions être généreux mais nous jetons le pain dans des poubelles qui nourrissent chiens, chats et cancrelats.

Nous pensions être respectueux envers les uns et les autres mais nous proférons insultes, injures et blasphèmes pour un non et même pour un oui.

Nous pensions être civilisés mais nous roulons sans nous préoccuper de ceux qui marchent ou peinent à marcher.

Nous pensions savoir aimer mais nous enfermons les femmes sous le voile d’une «pudeur maligne».

Nous pensions savoir lire et écrire mais nous ne savons que compter.

Nous pensions savoir compter mais nous ne comptons pour rien.

Nous pensions que nous partagions une langue, une culture mais nous ne cherchons pas à nous comprendre.

Nous pensions être «La Mecque» de la révolution mais nous ne faisons que tourner en rond en arpentant le boulevard Che-Guevara.

Nous pensions avoir tissé un réseau industriel performant mais nous ne vendons que des bouts de tissus «Made in trabendo».

Nous pensions que nous étions égaux devant la justice mais d’autres font leur propre justice.

Nous pensions avoir le sens de l’honneur mais notre «nif» est toujours bouché par un mauvais rhume.

Nous pensions que nous avions mille deux cents kilomètres de côtes mais ce ne sont que des côtelettes faméliques.

Nous pensions avoir une Histoire millénaire mais nous nous contentons de faire des histoires.

Nous pensions avoir du pétrole mais nous avons mis de l’eau dans le gaz (de schiste).

Nous pensions que pour voyager, il suffisait d’acheter un billet d’avion mais il n’y a pas de pilote dans l’avion.

Nous pensions que l’école allait former les générations futures mais nous avons laissé éclore une génération spontanée.

Nous pensions que nous pouvons nous indigner devant le malheur et l’injustice mais nous avons préféré nous taire.

Nous pensions être solidaires des Palestiniens mais nous regardons le foot sur Al Jazeera.

Nous pensions que nous pensions. Nous croyons que nous pensons.

Aziz Farès
azizfareslesoir@gmail.com

logo3

Mots-clefs :, ,

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Username14349 |
Bienvivrealahaiegriselle |
Lecrpe2015 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Photoshopfree7979
| Despetitspapiers
| Mon tour du web en 80 clics