Accueil, Nouveau, Politique, Réflexion

Fever

images-7Pendant ce temps-là , au Royaume d’Algérie , les médecins penchés sur la santé d’un troupeau de derricks de pétrole malades , leur prennent la température …48 dollars de fièvre à peine !

Dieu, 48 dollars seulement…autant dire une catastrophe.

On ne sait quel est ce virus qui frappe les derricks. Il semble même qu’il se transmet à l’homme et qu’il provoque diarrhées , sueurs froides , palpitations , anxiétés , peurs , désir de fuite , effarement …tout un ensemble de symptômes qui signent ce qu’on appelle  » la panique du baril mou  » …

Les médecins ont l’air grave , ils se concertent , hochent leur tête et murmurent entre eux quelques obscurs et noirs diagnostics . Ils sont inquiets, cela se sent trop. C’est que toute l’Algérie est assise sur des centaines de derricks. C’est ses piliers à elle, ses fondations.

Pensez donc , s’ils s’écroulent et ne tiennent plus , c’est tout le pays qui coulera au fond d’une fosse Fellag.

Le comble est qu’il n’y a aucune prière sacrée pour faire remonter ce baril rongé par une mauvaise suette.
Mais que faire bon Dieu ? Travailler ? Penser ? Réfléchir ? Cultiver ?…mais c’est qu’on ne sait plus le faire comme avant !

A ce moment-là, parait le Grand Vizir d’Algérie et commande à ses gens : «  Appelez-moi l’ambassadeur de France et …heu , non , pas celui-là , ramenez plutôt l’ambassadeur de Chine et donnez-moi un éventail bien dur ! »

De Aziz Mammeri

Mots-clefs :, , ,

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Username14349 |
Bienvivrealahaiegriselle |
Lecrpe2015 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Photoshopfree7979
| Despetitspapiers
| Mon tour du web en 80 clics