Accueil, Nouveau, Politique, Réflexion

Achtah achtah…

Seul un danseur pouvait mener la danse.

Danse classique , folklorique, danse du ventre,  du bâton, « Casse-Noisette » en exclusivité.

Unknown-1

Ce qui est très préoccupant ( je parle comme Saidani maintenant) c’est la pérennisation de méthodes qui excluent le citoyen. ( Il a bien fini par y arriver lui!).

Ce n’est même pas une dictature. C’est du banditisme ( merci Si Amar).

Un quarteron de canotiers qui décident pour un Peuple qui peut toujours hurler au loup. ( au chien-loup c’est plus tendre).

Ça fait 50 ans que ça dure. Ça fait 50 ans que l’Indépendance est confisquée. ( Eskout  اسكت Ferhat Abbas/ ne pas confondre avec un autre Ferhat ).

Le système algérien a toujours su se redéployer en projetant une image virtuelle du pouvoir ( il est fort le patron du FLN!)

Les crises, créées de toutes pièces , ont constitué le carburant naturel ( et le pétrole alors???) d’une structure en constante mutation qui fonctionne malgré les » hommes ». ( ça c’est dans TSA ?)

Bouteflika , malade, en est l’illustration parfaite.( il est malade??)

Un homme présenté comme autoritaire et avide de pouvoir jeté en pâture dés son retour aux affaires( zafirettes comme dirait l’Inspecteur Tahar)

Idem pour DRS et Toufik écorchés sans crainte dans tous les cafés nass nass d’Algérie et les taxis qui suivent les lignes d’autobus.

Il parait que Casse- Noisette sera présenté à la Coupole du 5 juillet.

Mots-clefs :

Une réponse à “Achtah achtah…”

  1. Le 26 février 2014 à 1 h 37 min Lamine Badaoui a répondu avec... #

    Et pourquoi pas danser?
    Nous écoutons leur musique. Nous n’avons pas su prévenir le peuple contre leur chant, tous les chants qui tuent ou pétrifient.
    Ils ont tué tant de nous…Ils ont tant emprisonné, corrompu, acheté, exilé, dégoûté que nous avons des excuses, des permissions, des anges et des pardons.
    Mais quand même…
    N’avons nous pas appris qu’un intellectuel valait une armée.
    Et il nous en reste quelques uns, quand même, d’intellectuels.
    Mais c’est quoi ces intellectuels qui ne savent pas parler en accord, chanter à l’unisson, dire les choses les plus vraies avec les mots les plus simples.
    Écoutons les sirènes et laissons nous en-cochonner. C’est tellement plus confortable que de lutter.
    Oui dansons sur le rythme de la derbouka, et les sons de la flûte enchanteresse.
    Dansons.

Ajouter votre réponse à Lamine Badaoui

Username14349 |
Bienvivrealahaiegriselle |
Lecrpe2015 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Photoshopfree7979
| Despetitspapiers
| Mon tour du web en 80 clics