Nouveau, Politique, Réflexion

Du Pouvoir

C’est au cours d’un déjeuner en tête à tete à Paris avec un confrère, que l’idée m’est venue d’explorer la piste qu’il a su ouvrir avec son pamphlet « une imposture ».

Bien que je n’en ai ni le talent, la prétention et encore moins la témérité, je vais néanmoins tenter de compléter son analyse en proposant quelques éclairages utiles pour mieux comprendre la nature du Pouvoir Algérien à travers la personnalité de l’actuel Président sans qu’il soit question de divulguer des secrets d’état, comme me le disait souvent le regretté Abderrahmane Mahmoudi.

Il y a quelques années, un haut dignitaire ( ex ministre, ex 1er Ministre, ex membre du Conseil de la Révolution…ça en fait du monde !), me confiait : « le pouvoir n’est pas ce que l’on croit ». Je lui ai dit : « c’est quand on le possède, qu’on s’aperçoit qu’on ne le possède pas ». Ce à quoi il acquiesça.

Du Pouvoir dans Politique belaid-300x229

Voilà qui en dit long et qui devrait nous faire comprendre la réalité d’un conflit réel ou imaginaire entre le tout puissant Général Touffik et le non moins tout puissant Président Bouteflika.

Ce qu’il faut savoir c’est que chacun est persuadé de sa toute puissance mais, comme le disait Simone Weil : « il n’y a jamais Pouvoir mais seulement course au Pouvoir ».

Le Président rêve ( et il en est persuadé) d’être celui qui pourra transformer la Société, voire les individus en suivant la ligne tracée par Houari Boumedienne qui, ne l’oublions pas, promettait de « produire un Algérien Nouveau ».

Le grand problème pour Abdelaziz Bouteflika c’est qu’il est contraint ( malgré ou à cause de son pouvoir ) de consacrer toute son énergie pour se maintenir à flot. Idem pour ses alliés et adversaires qui ne savent pas si ce sont eux ou leur pouvoir qui est admiré( et convoité) ;

En fait le pouvoir est une illusion qui éblouit en faisant croire en une destinée divine.

Prêter à l’un ou à l’autre un pouvoir exorbitant n’a aucun sens surtout si l’on sait que certains modèles ont pour  nom: Hassan II, Boumedienne et De Gaulle .

On le voit lorsqu’on est pris dans les mailles du mimétisme et de la contrefaçon, l’Histoire se fait sans qu’il soit possible d’en influer le cours.

La réalité est que le Pouvoir est ailleurs. C’est là qu’il faut le chercher et à ce jour, à part une vague photo de l’un et les discours onctueux de l’autre, nous ne savons rien du cœur du Pouvoir.

Aziz Farès

Mots-clefs :, ,

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse à Anonyme

Username14349 |
Bienvivrealahaiegriselle |
Lecrpe2015 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Photoshopfree7979
| Despetitspapiers
| Mon tour du web en 80 clics